RAPPEL

PRESENTATION

La communauté de la paroisse-Cathédrale de Tunis, placée sous le patronage de Saint Vincent de Paul et de Sainte Olive, se compose de laïcs, pour la plus part des jeunes subsahariens, de coopérateurs de la pastorale, des sœurs et des prêtres religieux de l'Institut du Verbe Incarné au service de la foi vécue en communauté. Pour déployer la vie de l’Eglise dans toutes ses dimensions, cette équipe est en lien avec un Conseil Pastoral qui participe lui aussi à l’élaboration des orientations et des impulsions de l’action pastorale. En effet, nous sommes une équipe qui est au service de la vie de foi de ses membres. Elle est appelée à témoigner de cette foi en toute circonstance. Cette petite communauté catholique vit localement à travers des rassemblements pour prier, pour célébrer les sacrements, pour lire la Parole de Dieu, pour partager questions et réflexions, pour mener une vie fraternelle et vivre une solidarité avec tous, en particulier avec les personnes fragiles et démunies.

Pour visiter notre site allez sur les pages ou bien sur les articles. Ne hesitez pas à nous contacter

Mgr Ilario Antoniazzi

Archévêque de Tunis

arc.ilario@gmail.com

P. Sergio Perez, IVE

Curé de la Cathédrale

+0261- 24359268

sergioperezm@ive.org 

P. Silvio Moreno, IVE

Vicaire de la Cathédrale

+216- 26349881

silviomoreno@ive.org 


 

A LA UNE

 

REGARDEZ LA VIDEO CONCERT DE NOEL 2016

VIDEO LA VIE MISSIONNAIRE DANS L'EGLISE

 PELERINAGE SAINT JACQUES 2014 

PRESENTATION SOEURS BLUES

Publié par Cathédrale de Tunis

SAMEDI 16 SEPTEMBRE: SAINT CYPRIEN DE CARTHAGE

Solennité de Saint Cyprien, évêque et martyre de Carthage. Patron du diocèse de Tunis.

Selon l’expression de Paul Monceux, saint Cyprien fut « l’une des plus belles figures d’évêque que présente l’histoire du christianisme ».

Il est né d’une famille païenne. Son fut Tascius Caecilius Cyprianus et il se converti au christianisme peu avant 245, reçoit le baptême et presque aussitôt est ordonné prêtre. En 249 il est consacré évêque, et il succéda à Donatus sur le siège épiscopale de Carthage. Il gouverna l’Eglise de Carthage pendent dix ans.

Le debout et la fin de son épiscopat furent en quelque sorte marqués par les deux persécution de Dèce en 250 et de Valérien en 258. Pendent la première il s’était cache, pour continuer à diriger l’église désemparée, réconfortant les prisonniers, maintenant la discipline, réparant les bréches, encourageant les frères demeures fideles.

Exilé en 257 en vertu de l’édit de Valérien, il fut décapité le 4 septembre 258 en présence de son clergé et de ses fideles. Trois sanctuaires lui furent dédiés à Carthage : Basilique de Saint Cyprien à l’ « ager sexti », lieux de son martyre. Basilique de Saint Cyprien, au cimetière des Mappales, aux camps du procurateur Macrobius Candidus, où son corps fut enseveli. Basilique de Saint Cyprien sur le bord de la mer. Un reliquaire portant son nom a été récemment découvert dans une basilique d’Haïdra au sud de la Tunisie et une autre relique est dans la chapelle privée des perès de l'IVE résponsables de la cathédrale de Tunis.

Dans une lettre que lui-même a écrit aux chrétiens de Thibar, prés de Theboursuk en Tunisie, il parle du combat des chrétiens :

« Prenons les armes frères très aimes, de toutes nos forces ; préparons-nous au combat avec une âme incorruptible, une foi entière, un courage à toute éprouve… Revetons la cuirasse de la justice pour armer et proteger notre poitrine contre les traits de l’ennemi. Chaussons nos pieds et armons-les de l’enseignement de l’évangile, afin que le serpent ne puisse nous mordre et nous supplanter, quand nous aurons commencé à le piétiner et à l’écraser. Portons courageusement le bouclier de la foi, pour nous proteger de tous les traits que l’ennemi peut nous lancer. Prenons aussi, pour en couvrir notre tête, le casque spirituel, afin d’en protéger nos oreilles de peur qu’elles n’entendent la lecture des édits de mort, d’en protéger nos yeux de peur qu’ils ne regardent les statues détestables, d’en protéger notre front pour conserver intact le signe de Dieu, d’en protéger notre bouche pour que notre langue confesse victorieusement le Christ son Seigneur. Armons enfin notre main du glaive spirituel pour qu’au souvenir de l’eucharistie nous embrassions le corps du Seigneur que nous avons reçu, en attendent de recevoir de lui la récompense des célestes couronnes".

Commenter cet article